MACHIAVEL

ZOOM SUR 10 « PRINCES » DU MANAGEMENT.

La pensée politique moderne s’est forgée dans le célèbre « Prince » de Machiavel (1469-1527). L’ouvrage, écrit en 1513, a été publié à titre posthume en 1532. Nourri de la riche expérience du secrétaire florentin, il apparaît à la fois comme un traité politique et une réflexion sur l’histoire, ou l’on voit dégagés, à travers de nombreux exemples, la nature du pouvoir politique, les moyens de son acquisition et de sa conservation, les causes de sa perte.

 

D’aucuns pensent que les préceptes de Machiavel sont transposables aux actions des grands patrons ou des entrepreneurs. En effet, dans l’énoncé des conditions, Machiavel se montre très attentif aux changements  de l’environnement, qui imposent une adaptation de la manière de faire et de penser pour le prince, une préparation permanente pour y faire face…

Depuis un demi siècle l’entreprise a été systématiquement et partout placée sous les feux de l’actualité. Qu’il se soit agi de compétitivité, d’innovation ou d’emploi, les acteurs de la vie sociale nous ont ainsi rappelé qu’elle est l’une des institutions fondamentales de nos sociétés.

Ce billet est consacré aux analyses les plus pertinentes de 10 gourous du management des entreprises dont certaines continuent de constituer la base de la stratégie des plus beaux fleurons du CAC 40, du Footsie, du Dax ou du Dow Jones !

Aussi, pour synthétiser à l’extrème c’est-à-dire en quelques mots, les courants dominants du management des entreprises, nous avons retenu les théories de Max Weber, Alfred P. Sloan, E.F Schumacher, Michael E. Porter, Tom Peters, John W. Humble, Peter F. Drucker, Alfred D. Chandler, Edward de Bono et Harry Igor Ansoff.

  • Max WEBER ( 1864-1920)

Pour Weber, l’expansion du capitalisme moderne n’est pas celui de l’origine du capital mais celui du développement de l’esprit du capitalisme. Il distingue 3 types d’autorités légitimes : l’autorité rationnelle, l’autorité traditionnelle, et l’autorité charismatique. Pour lui, le puritanisme est en symbiose avec l’esprit du capitalisme. Et les idées religieuses ont un impact cardinal sur les activités économiques.

  • Alfred P. SLOAN (1875-1966)

On lui doit les principes fondamentaux de la décentralisation que l’on connaît aujourd’hui dans les grandes entreprises d’ou est issu le concept d’obsolescence programmée. Il fut aussi un fervent adepte du concept de management interpersonnel et centré sur la tâche ainsi que le porte drapeau de la « contradiction créative ».

  • Ernst Friedrich SCHUMACHER (1911-1977)

Sa pensée se focalise sur la question de l’échelle humaine. C’est à lui que l’on doit le célèbre dicton  » Small is Beautiful ». Selon lui, les doctrines économiques ne peuvent s’appliquer qu’à la production industrielle, à l’exclusion des questions liées à l’organisation sociale voire des relations avec l’environnement naturel.

  •  Michael E. PORTER (1947-  )

Rendu célèbre pour ses études liées aux stratégies d’avantage concurrentiel, national et international. On lui doit le concept de « chaîne de valeur ». Dans « Competitive Strategy, Technqies for Analyzing Industries and Competitors », Porter modélise l’environnement concurrentiel de l’entreprise matérialisé par cinq facteurs, qui influent sur le partage du profit au sein d’une industrie (Potential Entrants and Threat of New Entrants, Suppliers and Bargaining Power of Suppliers, Buyers and Bargaining Power of Buyers, and Substitutes and Threat of Subtitute Products or Services).

  • Tom PETERS (1942- )

On lui doit le culte de « l’excellence » et la gestion du chaos. Ancien de McKinsey, il  décline la formule des « 7 S » à la vie des organisations : Structure, Stratégie, Systèmes, Style de gestion, Savoir-faire de l’entreprise, « Staff » et « Shared Values ».

 

  •  John W. HUMBLE (1925- )

Rendu célèbre en reprenant à son compte le concept de Direction par Objectifs (DPO) de Peter Drucker et en l’adaptant au monde de l’entreprise.

  •  Peter F. DRUCKER ( 1909-2005)

Le « gourou des gourou », le « Pape du Management ».

35 ouvrages à son crédit.

Il a tout dit avant tout le monde sur les tâches majeures auxquelles doivent se consacrer les directions générales, la fixation des objectifs source de productivité, le leadership et la communication, l’innovation, la planification à long terme, et le rôle incontournable des « stakeholders ».

  • Alfred D. CHANDLER (1918-2007)

Historien de l’économie américaine, il s’est illustré par ses réflexions sur le capitalisme moderne et la structure de l’entreprise qui façonne ses possibilités. En d’autres termes, pour lui la structure suit la stratégie.

  • Edward De Bono (1933-  )

Psychologue, médecin et spécialiste en sciences cognitives, on lui doit le concept de pensée latérale, ou « la génération de nouvelles idées et l’abandon des anciennes ».

  • Harry Igor ANSOFF (1918- )

Considéré comme le pionnier du management et de la planification stratégiques, on lui doit ses réflexions sur les trois principaux types de décisions- stratégique, administrative et opérationnelle- et la manière dont elles interagissent à l’intérieur de l’entreprise. Incontournable.

Le mot de la fin ?… : 2 choses… :

Always remember that an army of sheep led by a lion will defeat an army of lions led by a sheep…

Ability is nothing without opportunity…

 

PHLDUCX