PHLDUCX INSTRUCTOR IN BANKING AND FINANCE

REDEFINIR LA PRATIQUE FISCALE MONDIALE DES MULTINATIONALES.

DANS UN CONTEXTE DE REPRISE AUSSI  FRAGILE  QU’ HESITANTE ET VU L’ETAT DES FINANCES PUBLIQUES A L’ECHELLE EUROPEENNE EN PARTICULIER IL EST URGENT DE REDEFINIR LA PRATIQUE FISCALE MONDIALE DES MULTINATIONALES  QUI SELON LES EXPERTS LES PLUS PATENTES NE PAIERAIENT QUE 5% DE L’IMPOT SUR LES SOCIETES LA OU LES PETITES ENTREPRISES EN PAIERAIENT JUSQU’A 30%.

CETTE PRATIQUE BIEN QUE TECHNIQUEMENT LICITE SAPE LA BASE D’IMPOSITION D’UN GRAND NOMBRE DE PAYS EN LES PRIVANT DE RECETTES LEGITIMES ET FAIT NATURELLEMENT  PESER UNE CHARGE FISCALE ACCRUE SUR LES MENAGES DONT LA FISCALITE SUR LES REVENUS DE L’EMPLOI S’EST ALOURDIE DE MANIERE SIGNIFICATIVE DEPUIS 2012 TANDIS QUE LES RESERVES (RETAINED EARNINGS) QUE DETIENNENT LES MULTINATIONALES ONT ATTEINT UN NIVEAU HISTORIQUE DEPUIS PLUSIEURS ANNEES EQUIVALENT AU MONTANT DE LEUR DETTE LONG -TERME.

CETTE REFORME  LARGEMENT SOUTENUE PAR L’OCDE* EST A L’EVIDENCE INDISPENSABLE SI L’ON VEUT RENFORCER LES POLITIQUES SOCIALES EN L’ABSENCE DE REPRISE DURABLE.

 www.oecd.org/fr/fiscalite

PHLDUCX – www.conversationprivee.com / www.off-the-recordmessaging.com

Membre du Comité de Rédaction de LA LETTRE DIPLOMATIQUE – www.lalettrediplomatique.fr

 http://www.off-the-recordmessaging.com/la-lettre-diplomatique