A G_m

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DE L’AMERIQUE LATINE 2015 : AMELIORER L’EDUCATION ET LES COMPETENCES EST ESSENTIEL POUR REDYNAMISER LA CROISSANCE ECONOMIQUE.

 

 

Veracruz, Mexique – le 9 décembre 2014

Améliorer l’éducation et les compétences est essentiel pour redynamiser la croissance économique, selon les dernières Perspectives économiques de l’Amérique latine


Le taux de croissance du PIB de l’Amérique latine a ralenti en 2014 tombant en-deçà de 1.5 %.

Pour la première fois en 10 ans, la croissance de la région est inférieure à celle de l’OCDE, selon le Centre de développement de l’OCDE, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) et la banque de développement de l’Amérique latine (CAF).

Les prévisions des dernières semaines ont révélé qu’une reprise en 2015 s’avérerait difficile.

Dans leur rapport conjoint Perspectives économiques de l’Amérique latine 2015 les trois organisations lancent un appel à agir contre ce ralentissement en ciblant l’éducation et les compétences.

En dépit de récents progrès, il reste beaucoup à faire pour élever le niveau de l’éducation et combattre les fortes inégalités socioéconomiques qui subsistent.

« Si nous voulons éviter un ralentissement de la croissance en Amérique latine pour les 10 années à venir, nous devons élever le niveau de l’éducation, développer les compétences des travailleurs et stimuler l’innovation. Les responsables politiques doivent prendre des initiatives ambitieuses pour dynamiser la croissance et la rendre plus équitable », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, lors du lancement des Perspectives au Sommet ibéro-américain de Veracruz le 9 décembre.

Afin de satisfaire la demande croissante de travailleurs qualifiés, il est nécessaire d’amorcer un changement structurel, par exemple en diversifiant l’économie vers des secteurs à haute intensité d’expertise.

« Si l’on ne transforme pas la structure de production, il manquera un maillon à la chaîne qui relie l’éducation, la productivité et l’innovation», a relevé Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la CEPAL.

Ce lien a des répercussions importantes sur la répartition des revenus. La diversification induit la création d’emplois de qualité et mieux rémunérés qui, à leur tour, font reculer l’économie informelle et le sous-emploi, donc les inégalités.

Les politiques en faveur de l’éducation et de la diversification devront figurer en tête des priorités en Amérique latine et dans les Caraïbes au cours des prochaines années.

« Sans un contexte externe exceptionnellement favorable, il est nécessaire de renforcer l’intégration régionale et de prendre des mesures face aux difficultés structurelles du développement pour soutenir la croissance potentielle. Notamment dans les domaines de l’innovation et des modèles de production, et les compétences techniques et éducatives dont ils relèvent », a déclaré Enrique García, Président et Directeur général de la CAF.

D’après les Perspectives, la différence moyenne entre le rendement scolaire d’un étudiant du secondaire en Amérique latine et celui d’un étudiant de l’OCDE demeure relativement élevée, à savoir l’équivalent de 2.4 années scolaires en moins.

De plus, les inégalités socioéconomiques influencent fortement l’accès à l’éducation et les résultats scolaires dans la région. Seuls 56 % des étudiants issus du quartile le plus modeste de la population accèdent à l’éducation secondaire, contre 87 % pour le quartile le plus riche.

Les limites de la qualité de l’éducation se traduisent également par une pénurie des compétences et une inadéquation sur le marché du travail, avec un fort impact sur la compétitivité des entreprises latino-américaines.

En effet, celles-ci font face à des difficultés plus grandes que dans toute autre région du monde en matière de recrutement de personnels répondant aux qualifications adéquates.

Les Perspectives montrent qu’une firme latino-américaine a 3 fois plus de mal à trouver les profils recherchés qu’une entreprise similaire en Asie du Sud et 13 fois plus de mal qu’une entreprise en Asie pacifique.

La barrière est particulièrement élevée dans certains secteurs clés comme l’automobile et l’industrie.

Pour pallier ces pénuries importantes de compétences, il est nécessaire d’entreprendre des réformes éducatives aux niveaux  maternel, secondaire technique et professionnel.

Les responsables politiques doivent investir davantage et de façon plus stratégique dans l’enseignement maternel, période importante pendant laquelle les individus développent des aptitudes de savoir-être, telles que la socialisation et la persévérance dans l’apprentissage, qui sont essentielles sur le marché du travail.

Il faut également prendre des mesures pour assurer la bonne répartition des ressources et réduire ainsi les inégalités socio-économiques. Les pratiques en cours doivent être adaptées pour garantir plus de performance, notamment en matière de soutien scolaire, de gestion des attentes des enseignants et de la motivation des élèves.

L’amélioration de la qualité d’enseignement dépend également du suivi et de l’évaluation ainsi que de l’octroi d’incitations pour les enseignants.

Enfin, les pouvoirs publics et le secteur privé doivent s’appliquer à travailler ensemble pour adapter l’enseignement technique et professionnel, de façon à mieux satisfaire les demandes en termes de qualifications, dans une économie mondiale en pleine évolution.

Ø  Pour plus d’informations sur les Perspectives économiques de l’Amérique latine, rendez-vous sur : www.latameconomy.or

  • Les Perspectives économiques de l’Amérique latine

Publiées pour la huitième année consécutive, les Perspectives économiques de l’Amérique latine 2015 offrent une analyse complète des tendances macro-économiques de la région, en s’intéressant de plus près au rôle de l’éducation, des compétences et de l’innovation dans le développement. Le contenu du rapport sera disponible en ligne à partir du 9 décembre 2014 sur www.latameconomy.org.

  • Le Centre de développement de l’OCDE

Le Centre de développement (www.oecd.org/dev) de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) est une plateforme dédiée au partage des connaissances et au dialogue fondé sur des données factuelles, permettant aux économies émergentes et aux pays membres de l’OCDE d’interagir sur un même pied d’égalité.

  • La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL)

La CEPAL (www.eclac.org) est l’une des cinq commissions régionales des Nations Unies. Siégeant à Santiago au Chili, la CEPAL contribue au développement économique et social de l’Amérique latine et des Caraïbes à travers une coopération et une intégration régionale et intrarégionale.

 

  • CAF – banque de développement de l’Amérique latine

La CAF, banque de développement de l’Amérique latine (www.caf.com) a vocation à promouvoir le développement durable et l’intégration régionale en finançant des projets émanant des secteurs public et privé et en favorisant la coopération technique.

 

BROADCAST BY WWW.CONVERSATIONPRIVEE.COM / WWW.OFF-THE-RECORDMESSAGING.COM ON DECEMBER 9, 2014