palace

Paris et ses « palaces »

Le cercle très sélect des « palaces » parisiens compte désormais sur les 4 doigts d’une main : à vous de choisir laquelle ?…La liste officielle est en effet tombée le 5 mai dernier.

Elle a été entérinée dans la foulée par le Secrétariat d’Etat au Tourisme.

Arrêtée par un comité de sélection présidé par l’académicien Dominique Fernandez, cette liste qui s’agissant de la France comprend en réalité 8 établissements d’exception compte sur PARIS : « Le Bristol », « Le Meurice », « Le Park Hyatt Paris Vendôme » et « Le Plazza Athénée ».

Ni le « George V » ni le « Ritz » ne font toutefois partie de la liste des heureux élus : allez comprendre quelque chose, s’étonnent certains professionnels ?

Quant au « Royal Monceau », pourtant somptueusement rénové ainsi que le flambant neuf « Shangri-La » qui a ouvert ses portes récemment, ces deux là devront attendre pour postuler, l’échéance du second tour de cette sélection impitoyable qui prévoit que les candidatures soient déposées d’ici au 30 juin, nous dit-on de source autorisée.

Figurent, en revanche, dans la première liste des impétrants, en marge de Paris, deux grands établissements de Courchevel : « Le Cheval Blanc », propriété de Bernard Arnault, actionnaire majoritaire du Groupe LVMH ainsi que « Les Airelles » propriété de Stéphane Courbit, un entrepreneur français du secteur des médias et de la télévision.

Et « L’hôtel du Palais » à Biarritz ainsi que « Le Grand Hôtel du Cap-Ferrat sur Saint-Jean Cap-Ferrat.

La liste aurait crée à tout le moins une certaine surprise voire un certain tumulte…

Quoiqu’il en soit,

Off-The-RecordMessaging.com /www.conversationprivee.com

félicite au-delà de la polémique que cette liste semble avoir suscitée, tous et chacun des luxueux lauréats du premier tour et par anticipation ceux qui lors du second tour se verront gratifier du prestigieux label « Palace » !

Il faut dire que rien que sur Paris, il y a encore du beau monde en lisse avec notamment le Crillon, le Fouquet’s, et le Lutétia !

Gageons ici que la clientèle à « forte contribution » à laquelle ces établissements s’adressent soit au rendez-vous…car les enjeux économiques sont naturellement à la hauteur des investissements.

Il y va, comprenons-le bien, de la vitalité de la place de Paris et celle de la France en matière de tourisme de luxe !

Et comme chacun sait, Paris et la France ont une histoire qui éclaire le monde entier.

On l’aura compris, s’agissant de rayonnement à l’échelle planétaire, il ne saurait être question de ne point faire vivre leur histoire sans dorures ni paillettes…

Alors, vive les « palaces » !…